! Fermé le dimanche 02 octobre !
En savoir plus
! Fermé le dimanche 02 octobre !

Le Planétarium est exceptionnellement fermé ce dimanche 2 octobre.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour les désagréments occasionnés.

Aller au contenu

Le ciel de Belgique, été, début de soirée

Depuis toujours, l’Homme relie les étoiles en dessins imaginaires, nommés constellations. Il en existe quatre-vingt-huit. Tournant en un an autour du Soleil, la Terre nous promène de constellations en constellations au fil des saisons. Mais nous avons aussi l’impression que les astres défilent devant nos yeux, aux fils des heures. Cette fois, c’est le mouvement de rotation qui en est la cause. Durant la nuit, les constellations semblent se déplacer d’est en ouest, se levant et disparaissant sur l’horizon. Voilà pourquoi, des étoiles visibles le soir ne le sont plus en fin de nuit et varient au gré des saisons. Seules, celles proches du pôle céleste peuvent être vues durant n’importe quelle période.

 

Essayons d’en repérer quelques-unes.

À proximité des villes, la pollution lumineuse est telle qu’il n’est possible de voir que les étoiles les plus brillantes. La Grande Ourse ressemble plutôt à une casserole. Vous devriez la retrouver sans mal, tant elle est grande et brillante. Loin des citées, on peut admirer jusqu’à trois mille étoiles à l’œil nu. La Grande Ourse se dévoile alors au complet. Du côté de l’ouverture du poêlon, se trouve la Petite Ourse dont l’étoile la plus brillante est la Polaire. Celle qui vous mène toujours vers le nord. Et au-delà, on découvre la constellation de Cassiopée, facile à reconnaître par sa forme en « W ».

 

Dans sa course autour du Soleil, la Terre nous place en cette saison face à des constellations typiquement estivales. Le triangle d’été n'est pas à proprement parlé une constellation, mais plutôt, ce que l'on appelle un astérisme. C'est-à-dire une forme géométrique particulièrement remarquable parmi les étoiles. Un premier sommet est marqué par Altaïr, l’œil de l’Aigle. L’étoile Deneb fait partie du Cygne, dont on devine facilement les ailes déployées et le long cou. Entre le Cygne et le célèbre Hercule, on trouve Véga, l’étoile la plus brillante de la Lyre ; une sorte de petite harpe dont se servi l’enchanteur Orphée afin d’émouvoir Hadès et récupérer sa douce du royaume des morts.

Saviez-vous que Véga sera un jour notre étoile Polaire ? En effet, en plus des mouvements connus de la rotation et de la révolution, la Terre fait un mouvement de précession, telle une toupie sur son axe. Tout le ciel bascule, imperceptiblement, pour emmener Véga vers le nord d’ici 12.000 ans.

 

Parfois, quelques planètes pointent le bout du nez. Elles passent presque inaperçues parmi les autres points brillants de la voûte mais vagabondent toujours parmi les constellations du zodiaque.

Plus proches que les étoiles, elles nous apparaissent beaucoup plus brillantes, tel un phare qui attire notre regard. De plus, si les étoiles scintillent, les planètes sont des points fixes. Seules les cinq plus proches peuvent être visibles à l’œil nu : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter ou Saturne. Mais tout comme la Terre, elles orbitent autour du Soleil.  Non seulement elles ne se trouvent pas toujours dans notre champ de vision mais de plus, leur position varie au sein des constellations, au fil du temps. Si Jupiter et Saturne peuvent être observées plusieurs mois d’affilés dans une même région du ciel, les planètes rocheuses parcourent plusieurs constellations en quelques semaines.